• Wonder

    Un paisible mardi midi, à Monoprix. Je cherche un album de Princesse Sara, étant en panne d'inspiration pour le concours de Saphi (dessiner une princesse). Mes regards parcourent les rayons sans repérer ce qui m'intéresse. Soudain, mes yeux s'immobilisent: ce ne serait pas le bouquin qui a reçu une super-critique de Je Bouquine? Curieuse, j'empoche le dit bouquin pour une modique somme, avant de rentrer à la maison pour le lire. Les critiques avaient raison: ce livre est super!

    Wonder de R-J Palacio "Je m'appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous vous imaginiez, c'est pire."

    Auguste est un petit garçon qui a une chienne, qui joue à la Xbox, et qui fait du vélo. Dit comme ça, ce gosse a l'air parfaitement normal. Ce n'est pas la première impression qu'on a en le voyant. On a plutôt envie de se barrer en hurlant. Ben, oui, il est né avec une très grave malformation génétique qui l'a empêché d'avoir une vie sociale. Il a toujours vécu entouré de sa soeur, sa chienne et ses parents. Alors, quand sa mère lui annonce qu'elle l'a inscrit au collège, lui qui n'est jamais allé à l'école, son univers s'effondre: que va-t-il y devenir? Pourra-t-il convaincre les autres enfants qu'il est comme eux?

    En lisant ce bouquin, j'ai pensé à l'histoire que me raconte tout le temps ma mère: on déguise un type en clochard et il "tombe": personne ne se donne la peine de le relever. On recommence l’expérience avec le même type, cette fois rasé, vêtu d'un costard-cravate, on se précipite pour l'aider à se relever.

    Oui, bien sûr, il y a des moments tristes (oui, bon, je suis archi-sensible, mais je ne m'attendais quand même pas à pleurer.), des moments où on se sent vaguement mal à l'aise, où on se demande comment on réagirait à la place des gens qu'on trouve bête de rejeter Auguste, et puis avec du recul on s'aperçoit qu'on réagirait à peu près comme eux. (Non ne me balancez pas de tomates!).

    Mais en fait j'ai été surprise en voyant qu'on ne s'étendait pas sur des pages et des pages de drames, mais qu'en fait, le récit pouvait être carrément drôle. Là dessus, ça m'a un peu rappelé Le Premier qui pleure a perdu.  Les personnages ont conscience qu'ils ont des défauts, les acceptent, les assument et avec humour en plus! Sérieusement, je me demande si ce genre de gens existe en vrai. Ah oui, aussi: le récit est raconté par Auguste, et par d'autres personnages plus ou moins impliqués dans son histoire.  J'aime bien cette idée qu'une histoire doit être racontée sous différents angles, ça rend l'histoire plus vivante.

    Ouais bon, ce livre est génial, je l'ai lu en deux heures, j'ai beaucoup ri, j'ai pleuré, etc, etc. Vous devez l'acheter ou vous passez à côté d'un truc!

    Bon, je me dois de quitter cet écran d'ordi par respect pour mes pauvres oreilles qui pâtissent des cris engendrés par la Coupe du Monde. Regardez ça sur le sujet: http://maliki.com/strip.php?strip=90,  je suis entièrement d'accord avec ce qu'écrit l'auteure.

    Salut!

    Perdule ou The Wonder Mandarine :crazy:

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 19 Juin 2014 à 18:05

    Sympa :) comme quoi l'être humain devra s'habituer à la différence... 


    J'ai adoré le strip :P surtout la fin avec le petit chat... Non mais qu'est -ce que ça leur procure comme sensations de pousser UNE BALLE ?! Bon après une fois tous les quatre ans pas grave je supporte.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :