• Oui, bon je sais que c'est contraire aux principes de d'habitude de publier plus de deux articles par mois, mais là je devais impérativement faire une exception pour ce film.

    Ce film est un remake fantastique, dans les deux sens du terme, du film de Dinsey "La Belle au Bois Dormant" avec sa chanson "Mon amûûûr, je t'ai vu au bôô miliieu d'un rêêêve..." (1959). Dans le premier, Maléfique n'est qu'une créature qui semble être née pour embêter le monde et cette  petite princesse idiote d'Aurore. Dans le deuxième, le personnage est plus creusé: on découvre ses origines, la réponse à la question si souvent posée par Kirikou "Pourquoi est-elle méchante?", réponse que vous ne pourrez m'arracher sous aucune torture au monde.

    Esthétiquement, c'est magnifique, somptueux, féérique, incroyable, magique, et j'en passe: la Lande, les Décors, les costumes, tout est si bôô que j'ai eu les larmes aux yeux (remarque, c'était peut-être la 3d) (mais pourquoi j'ai pensé à Arthur et les Minimoys?). Les ailes de Maléfiques sont vraiment classes ( je n'ai pas trouvé d'autre vocabulaire). Le scénario, pour moi qui ne suis pas habituée aux remakes, c'était une surprise. Non, je ne vous dirai rien, motus et bouche cousue! il y avait des moments drôles, des moments excitants (non pas dans le sens que vous pensez). Un petit spoil? allez: la scène où Maléfique balance son sort à la princesse est identique dans les deux films!  (mais zut, pourquoi ces idiotes de fées ne donnent jamais l'intelligence à la princesse?).

    Angelina Jolie incarne une Maléfique majestueuse, impériale, mystérieuse, bref, magnifique, et Elle Fanning fait une Aurore très convaincante, charmante princesse innocente, mais pas gnan-gnan pour autant.

    J'ai bien aimé le personnage de Diaval car son nom est trop classe: comme dit Mimosa, "il entretient le dialogue conflictuel à l'intérieur de Maléfique, pose les bonnes questions".

    Stéphane quant à lui n'est plus le moustachu bien gentil qui se soûle avec son pote: pris en sandwich entre la culpabilité et le désir de vengeance, c'est le "méchant" de l'histoire, mais on l'aime bien même si, comme Scar (Roi Lion), on n'attend qu'une chose, le voir clamser.  

    L'évolution de Maléfique dans le film est très émouvante; c'est la "gentille", elle s'en prend plein la gueule, et donc, la raison du sortilège jeté à Aurore est beaucoup plus développée et tient plus la route que dans l'original. Oui parce que moi je ne tue pas la gosse d'une connaissance pour une raison aussi stupide qu'un oubli, j'envoie un texto à la personne en question, ou, au pire, je la supprime de ma liste d'amis Facebook. 

    "Bon, passons aux musiques: elles sont composées par James Newtown, elles sont juste splendides! des morceaux épiques pour les batailles sanglantes, des petites notes touchantes pour les scènes gnan-gnan, des envolées lyriques pour les séquences aériennes, rien à jeter, tout est parfait!" Mimosa, sur son blog

    Je suis entièrement d'accord avec Mimosa là-dessus, voilà pourquoi je me contenterais d'un modeste Ctrl-C+Ctrl-V de son article sur le sujet, ce dernier étant ce point sur les musiques.. (noooon pas les tomates s'il vous plaît!)

    Passons aux négatifs: la palme du personnage le plus inutile de l'histoire de Disney, j'ai nommé Le Prince Philippe! il n'apparaît que trois fois en tout, et juste pour faire des sourires idiots et un baiser.

    Et puis ya eu un passage qui m'a très fortement rappelé La Reine des Neiges, je ne vous dirai pas lequel, mais ça m'a un peu sonné, et vaguement gâché le plaisir.

    Et puis une autre petite pétouille: les trois fées de notre enfance, Flora, Pâquerette et Pimprenelle, ne sont réduites qu' à 3 petites créatures stupides (pour ne pas employer de terme plus grossier). Je rappelle au passage que dans l'original, c'est l'une des trois fées qui est censée "adoucir" le sortilège de Maléfique, mais la scène n'est même pas évoquée. Donc, à part manquer de tuer la gosse à chaque fois qu'elles essaient de lui donner du biberon, elles ne servent à RIEN non plus.

    "Bon, passons aux musiques: elles sont composées par James Newtwork, elles sont juste splendides! des morceaux épiques pour les batailles sanglantes, des petites notes touchantes pour les scènes gnan-gnan, des envolées lyriques pour les scéquences aériennes, rien à jeter, tout est parfait!"

    Donc, en gros:

    Ce film est magnifique du point de vue esthétique, le scénario est très intéressant. Si je dis que "intéressant" c'est que  les seules pétouilles du film le concernent directement (ya des détails un peu "WTF?" Le tout accompagné par des musiques incroyables.  Ça vaut complètement le coup! Si vous faites le pont (et avez donc quatre jours de vacances) vous devez absolument aller le voir sous peine de rater votre mois de Mai!

    Bon, le Chat a faim et persiste à se mettre devant l'éckfgv fèà+)"" Mais Mouche abrutie barre-toi! je te donnerai à manger aprè"mhuè_àgg0ZNOUGMFGY79:,fèco;,wx'(e;è'_weeelokdxs'é'((((_

    Ouais, bon, j'y vais ou cet article va se changer en Chroniques d'un chat affamé et analphabète.

    Salut!

    Perdule ou La Mandarine Maléfique :evildevil:

     

     


    votre commentaire
  • Coucou tout le monde!

     Ça y est, enfin je l'ai! le tome 2 de La Rose écarlate, Missions! trala-lala, la vie est belle.

    Bon, On reprend là où on en était, Maud et Guilhem ont échappé de justesse aux gardes et reprennent leur enquête sur ces mystérieux fantômes enlevant des rousses.

    Ce tome est super! Il est super-drôle,( "Youh-hou! arrêtez-moi, je suis le Renard! le plus grand voleur de tous les temps" "Mais, enfin, vous êtes Guilhem de Landrey! ce n'est pas parce que vous êtes noble que vous pouvez vous comporter comme un ivrogne! allez ouste, au cachot! "C'est moi, je suis le Renaard!")

    Les Graphismes sont toujours magnifiques( la Couverture en est un parfait exemple) (seigneur, je mets des majuscules à tous les noms? l'allemand déteindrait-il sur mon illustre personne?)

    Les plus observateurs devineront vite le fin mot de l'histoire, et je me suis fait avoir comme une merde  je savais dès le début qui était le Méchant! élémentaire mon cher Watson!

    J'ai bien aimé la référence historique (je ne dirai rien), la lâcheté et la bêtise des gardes! bref ce tome est super! jetez-vous vite dessus!

     

    Mon Précieux!

     

     

    Ça, c'est moi quand j'ai acheté la merveille.

    Ouais, bon, à la prochaine tout le monde!

    Perdule ou La Mandarine Gollumette 


    votre commentaire
  • Hello à tous!

    Comment ça va, vous? moi, je viens de relire pour la quatrième fois le dernier tome des Colombes du Roi-Soleil, et si l'histoire de Victoire (oh, ça riime) m'avait déçue, celle de Gabrielle m'a transportée! il paraît que mes yeux ressemblaient à des constellations tellement il y avait d'étoiles dedans quand je le lisais....

     Gabrielle est fille de nobles pas très riches. Délaissée par son père, elle se console avec sa mère et son grand frère Gilles, qu'elle aime plus que tout au monde. Son existence lui paraît donc insoutenable quand ce dernier quitte la maison familiale pour aller dans l'École des Pages à Versailles. Mais une amie de sa mère lui obtient une place à Saint-Cyr, l'école où les filles de nobles ruinés reçoivent une éducation jusqu'à leur vingt ans, où elles seront dotées par le Roy (le y, c'est exprès) et trouveront un mari. Alors elle place beaucoup d'espoir, d'abord car Saint-Cyr est près de l'école où est son frère, et ensuite car la vie chez elle est tellement morose qu'elle serait prête à n'importe quoi pour ne pas s'ennuyer. Mais elle doit vite déchanter: l'abbé Godet-des-Marais a fait de Saint-Cyr un couvent où l'on a presque aucun contact avec le monde extérieur, où la moindre coquetterie est bannie, et où celle qui sera prise à faire autre chose que prier sera renvoyée! Bref, le jour où elle devient Demoiselle d'honneur de Marie-Louise de Savoie, fiancée du roi d'Espagne, tout s'éclaire: elle va enfin être libre!

    Dieu que ce roman était passionnant! 

    J'ai failli pleurer au départ de Gilles, j'ai souri quand Gabrielle et son père faisaient le voyage jusqu'à St-Cyr, j'ai râlé quand Victoire est partie pour entrer au service de la princesse Marie-Adélaïde laissant Gabrielle toute seule, bref, ce roman était magique et j'avais l'impression d'être les protagonistes: je ressentais toutes leurs émotions! Je ne saurais pas expliquer pourquoi. Peut-être la magie des Colombes qui a opéré... Niark, niark. 

    Ouais, bon, j'ai des raviolis à préparer, moi. Je vais manger quoi, ce soir, sinon?

    Gigot d'agneau! (j'y go)

    Perdule ou La Mandarine qui a faim 


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires